Dernières Nouvelles d’Alsace – 6 décembre 2013

Wissembourg à la Nef – Wissembourg Du jazz sans frontières

20131206 Article DNA - Concert Wissembourg
Le noir et le blanc des deux formations mêlées a donné de la couleur au jazz. PHOTO DNA

Samedi 23 novembre, deux formations de jazz très différentes, le big band De Luxe de Bad Bergzabern et le Jazz Muk de Kilstett

Les 40 musiciens qui composent le big band de Bad Bergzabern sont jeunes, très jeunes — de 13 à 18 ans. Dans la salle bien pleine, bon nombre de ceux qui les entendaient pour la première fois s’attendaient à une prestation « junior ». Mais dès les premières notes de The Opener suivies de celles du bien nommé Respect , la considération a supplanté les préjugés.

Entre les morceaux, le directeur de la formation Peter Kusenbach a expliqué que six classes sur neuf dans l’établissement scolaire secondaire de Bad Bergzabern font de la musique tous les jours, permettant le renouvellement des effectifs et offrant au fil de 594 concerts donnés à travers le monde depuis sa création en 1989 la possibilité à de nombreux jeunes musiciens de se fabriquer des souvenirs qui « restent dans la mémoire des jeunes, bien plus que les leçons de grammaire, de français ou de physique ».

Avec Hit the road Jack et Mercy , le public a découvert les cinq jeunes choristes alignées devant l’orchestre qui ont donné une voix au jazz de la soirée. Et quelle voix ! À ce moment du programme, les plus jeunes laissent leurs aînés composer la formation De Luxe du big band, plus aguerrie, encore meilleure. Les morceaux se succèdent et font découvrir toute la diversité du jazz à un public détendu et ravi.

Après la pause, c’était au tour des 18 musiciens du Jazz Muk de Kilstett d’entrer en scène. De cette formation constituée en 2001 autour d’un passionné de jazz, Frank Winling, et d’un noyau dur issu de la Musique Union de Kilstett, l’auditoire a apprécié d’emblée l’expérience et le talent des membres — leur complicité est telle que leur directeur n’a pas besoin de les diriger de manière classique : il prend part à la fête aux côtés de ses amis avec son trombone à coulisse.

Le paradis des solistes

En plus des standards du jazz, leur répertoire visite aussi des contrées plus funk, rock ou hispanisantes qui enthousiasmant le public.

Le jazz, c’est aussi le paradis des solistes et chaque partition met à l’honneur un instrument particulier et le talent du musicien qui le fait vibrer — de la flûte au trombone en passant par la guitare et le saxophone ténor.

Pour finir, les deux formations ont encore offert à leur public deux morceaux conjoints, les grands classiques Chamelon d’Herbie Hancock et In the Mood de Glenn Miller.

Au mois d’août, les deux formations avaient participé au « Landesjazzfest Bad Bergzabern 2013 » qui avaient rassemblé 23 formations de jazz allemandes et françaises surtout dans la ville allemande voisine de Wissembourg. Peter Kusenbach et Franck Winling ont rapidement sympathisé et lancé l’idée d’un concert commun. Sur les lieux également, Christian Gliech, le maire mélomane de Wissembourg a eu tôt fait de leur mettre à disposition la salle du relais culturel pour transformer ce souhait en une belle réalisation transfrontalière.

Les Dernières Nouvelles d'Alsace, Vendredi 6 décembre 2013.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*